12 octobre 2022 | News,

Interview avec Beatrice Fihn – Directrice de la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN)

La Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN), lauréate du prix Nobel de la paix 2017, est une organisation bénéficiaire du Peace Pledge Fund, un cercle de donateurs hébergé par Swiss Philanthropy Foundation. Un cercle de donateurs permet à un groupe d’individus de mutualiser leurs ressources pour faire avancer une cause commune, en l’occurrence la lutte contre la propagation des armes autonomes létales et des armes nucléaires. Nous avons eu la chance d’interviewer Beatrice Fihn, directrice d’ICAN. Elle est également intervenue lors du dernier Verbier Festival Philanthropy Forum, co-organisé par Swiss Philanthropy Foundation et la Fondation du Verbier Festival.

Quels ont été les principaux projets menés par ICAN en 2020 et 2021 dans le cadre de la campagne contre les armes nucléaires ?

Beatrice Fihn : L’une des grandes priorités de ces deux dernières années a été d’obtenir que le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TPNW) devienne une loi internationale. Le droit international se développe en trois étapes : d’abord vous négociez et vous vous mettez d’accord sur le texte, ensuite vous commencez à le signer et enfin vous le ratifiez. La ratification est le moment où les pays mettent en place la législation au niveau national et confirment aux Nations unies qu’ils s’y conforment pleinement. Le traité devait être ratifié par 50 pays pour devenir une loi internationale. Cela s’est produit à la fin du mois d’octobre 2020, et 90 jours après, le traité est entré en vigueur, en janvier 2021. Nous avons travaillé très dur, de différentes manières, pour que cela se produise. Nous avons été très impliqués dans la rédaction du traité et dans la campagne autour du traité. Nous avons fait beaucoup d’efforts de sensibilisation, nous avons travaillé pour soutenir les petites ONG du monde entier qui font un travail de proximité. Par exemple, nous avons tenu des ateliers au parlement nigérian, nous avons organisé une table ronde avec des parlementaires au Guatemala, nous avons organisé des ateliers et fait imprimer des publicités et des documents en Mongolie. De nombreuses activités de ce type ont été mises en œuvre dans le monde entier, et nous avons travaillé en étroite collaboration avec les gouvernements (par exemple, pour fournir des projets de lois nationales), ainsi qu’avec la Croix-Rouge et d’autres organisations au niveau local. Nous avons également assuré la liaison avec le bureau des affaires juridiques de l’ONU, celui qui reçoit les documents juridiques des États pour s’assurer que le processus est complet. C’était donc un grand succès, les armes nucléaires ont enfin été interdites par le droit international !

D’après ce que vous avez dit, on peut comprendre que vous avez travaillé avec beaucoup de partenaires et que cet écosystème est très important ?

B.F : Oui, nous sommes une coalition de plus de 600 organisations. Au siège, ici à Genève, nous coordonnons toutes ces organisations et nous leur fournissons des ressources, du matériel, des opportunités et des connexions avec les autres organisations. Il s’agit donc d’une sorte d’écosystème de petites organisations du monde entier qui travaillent dans leur propre contexte, qui se nourrissent du travail que nous leur envoyons, et vice-versa.

En particulier, pouvez-vous décrire brièvement ce que vous avez pu réaliser grâce au soutien du Peace Pledge Fund ?

B.F : Le Peace Pledge Fund a fait toute la différence pour notre travail car il nous a aidé à faire adopter la nouvelle loi par 50 pays. Grâce à ce fonds, le traité est devenu une réalité. Sans le Peace Pledge Fund, nous n’aurions pas été en mesure de réaliser toutes ces activités. Par exemple, lorsque le traité est entré en vigueur, nous avons organisé une émission de télévision en direct dans un studio ici à Genève. Nous avons invité le maire de Genève, le responsable du secteur juridique et politique du CICR, ainsi que de nombreuses autres personnes qui avaient participé à la campagne. Avec eux, nous avons animé une émission d’1h30 avec des images en direct d’Hiroshima. Le secrétaire général de l’ONU était également présent en direct de New York. C’était comme une émission de télévision mondiale que nous avons organisée pour célébrer. C’est un grand projet que nous avons pu mener à bien grâce au soutien du Peace Pledge Fund. Le Fonds continue également à soutenir notre travail avec nos partenaires locaux, pour développer du matériel et organiser des conférences. En juin, nous avons organisé plusieurs événements à Vienne autour de la première réunion des États parties au TPNW, auxquels le Fonds a également largement contribué.

Quel était le thème de la réunion ?

B.F : Lorsque le TPNW est entré en vigueur, il a déclenché le processus bureaucratique. Dans l’année qui a suivi, l’ONU devait organiser la première réunion de tous les États parties au traité. Elle était censée se tenir en janvier de cette année, mais en raison de la pandémie, elle a eu lieu en juin. C’était la première conférence internationale sur les armes nucléaires depuis le début de la guerre en Ukraine. Et bien sûr, avec la menace de la Russie d’utiliser des armes nucléaires, ce que ce traité interdit, c’était un moment important pour le traité, mais aussi pour la réponse globale à cette situation.
La première réunion historique des États parties au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires s’est conclue par l’adoption d’une déclaration politique et d’un plan d’action pratique qui ont fixé le cap pour la mise en œuvre du Traité et les progrès vers son objectif d’élimination totale des armes nucléaires.

Quelle est votre stratégie pour atteindre vos objectifs dans les années à venir ?

B.F : Nous utilisons maintenant le traité comme base juridique pour réaliser des progrès. Nous l’utilisons de plusieurs manières différentes. Tout d’abord, bien sûr, nous nous efforçons de convaincre davantage d’États de le rejoindre. Nous avons maintenant 66 ratifications et 86 signataires. Nous continuons à mener des actions de sensibilisation auprès de nombreux gouvernements au niveau national, en essayant de convaincre les parlements. Beaucoup d’entre eux sont très favorables, mais ces processus prennent beaucoup de temps. L’élaboration de nouvelles lois peut prendre des années, donc c’est lent, mais nous poussons et avançons. Nous allons également commencer à l’utiliser dans les pays dotés d’armes nucléaires : en Russie, en Chine, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France, nous l’utilisons pour travailler au niveau des parlements, où nous mobilisons et essayons d’accroître le soutien politique dans de nombreux partis politiques différents en menant des actions de plaidoyer, des actions médiatiques, des campagnes d’information, des actions éducatives, des ateliers, entre autres. Le travail médiatique vise à stigmatiser les armes nucléaires. Nous essayons de changer la perception que les gens ont des armes nucléaires, afin de créer des possibilités de changement politique. Nous travaillons à la mise en œuvre du traité, par le biais du secteur privé, par exemple les banques et les fonds de pension qui se désengagent des producteurs d’armes nucléaires. De nombreuses banques ont pour politique de ne pas investir dans des armes interdites. Maintenant que les armes nucléaires sont interdites, nous travaillons avec les banques pour mettre à jour leur politique et exclure les entreprises qui fabriquent des armes nucléaires. Ce n’est pas très rapide, mais nous avons eu beaucoup de succès. Par exemple, l’Irish Southern Wells Fund a vendu tous ses actifs dans des entreprises productrices d’armes nucléaires après l’entrée en vigueur du traité. Publica, l’un des plus grands fonds de pension suisses, a également liquidé tous ses actifs en novembre 2021, grâce au travail que nous avons accompli pour obtenir ces nouvelles directives. Nous avons une réunion avec la Banque nationale suisse pour qu’elle adopte également ces politiques. C’est une façon concrète de travailler à la mise en œuvre du traité international. Nous avons également beaucoup travaillé avec les villes, en essayant de voir ce que nous pouvons faire à un niveau très local. La ville de Genève, par exemple, a adopté une motion de soutien au traité, la ville de New York a adopté une motion de soutien au traité et a appelé le gouvernement américain à adhérer au traité et à désinvestir ses fonds de pension publics des entreprises productrices d’armes nucléaires. C’est un moyen d’accéder à différents niveaux de décision. Cela permet de préparer le terrain pour les résultats politiques à venir.

Quelle est l’importance du soutien des donateurs privés pour atteindre les objectifs de l’ICAN ? Quelle différence cela fait-il d’obtenir un financement de la part d’un cercle de donateurs ?

B.F : Les donateurs privés sont extrêmement importants pour nous. Surtout à une époque où nous voyons le financement gouvernemental devenir de plus en plus restreint et réduit. La structure du financement public est très conservatrice. Les gouvernements sont généralement très réticents à prendre des risques, alors que les donateurs privés ont l’opportunité d’être beaucoup plus proches du financement initial des entreprises. Ils peuvent dire “C’est une excellente idée, nous pouvons y mettre quelque chose, et nous allons essayer. Si cela fonctionne, cela aura un impact considérable”. Il y a un peu plus de liberté autour du financement privé, ce qui est vraiment, vraiment bien. Très souvent, le financement privé peut servir de capital initial, puis, lorsque quelque chose fonctionne, les gouvernements prennent le relais et commencent à le financer. Pour nous, il a été incroyable d’avoir des donateurs privés. Et il est également très important d’avoir une diversité de donateurs. Dans le passé, nous avions un gouvernement qui nous donnait presque 85% de notre budget, puis le gouvernement a changé et a établi un tout nouveau budget dans lequel nous n’entrions plus. C’était un peu un choc pour nous, donc ma leçon a été de diversifier le financement, d’avoir de nombreux donateurs différents. Je pense aussi que ce genre de travail, où des groupes de personnes se réunissent et collaborent, c’est là que la magie opère. L’expérience que j’ai du Peace Pledge le prouve.

Si vous pouviez décrire en trois mots la collaboration avec Swiss Philanthropy Foundation en tant que fondation abritante ?

B.F : Simple, collaborative et visionnaire. J’apprécie vraiment les différentes conversation savec Swiss Philanthropy Foundation, notamment le Verbier Festival Philanthropy Forum. Il ne s’agit pas seulement de faciliter et de faire de la philanthropie, mais aussi d’avoir une conversation sur ce qui va suivre, comment améliorer les choses, comment travailler avec la prochaine génération de donateurs. J’apprécie vraiment de faire partie de cette conversation. Elle doit venir du côté des philanthropes, mais aussi des personnes qui font le travail. Il y a une très belle conversation avec Swiss Philanthropy Foundation sur les orientations à prendre. Sur ce qui sera le plus efficace dans 10 ou 15 ans.

Quels sont les avantages pour une organisation bénéficiaire de recevoir des fonds par le biais d’une fondation abritante ?

B.F : Cela permet aux philanthropes de bénéficier des avantages de votre structure, de votre manière très professionnelle de gérer les fonds et de la due diligence que vous réalisez sur les bénéficiaires. Si chacun des donateurs voulait faire ce travail lui-même, cela prendrait énormément de temps et le niveau de qualité serait différent. Chez Swiss Philanthropy Foundation, vous avez un excellent moyen de rendre les choses efficaces et faciles de notre côté. Les donateurs peuvent être très différents, mais votre système nous permet de gérer cela facilement. C’est vraiment un grand avantage pour des organisations comme la nôtre.